L’histoire du baggy dans le rap américain

L’histoire du baggy dans le rap américain

Aujourd’hui, il y a de moins en moins de codes vestimentaires associés au hip-hop. Cela oscille entre joggings et vêtements de luxe, mais il n’y a plus de tendances fortes comme l’a été des années durant celle du baggy, ce jean large porté par une grande majorité du rap américain à cheval entre les années 1990 et 2000. Un bas qui s’est répandu dans toute la société, au point d’être porté par mimétisme par les rappeurs français mais aussi par une grande partie de la jeunesse de l’époque.

Si le baggy a été popularisé par le hip-hop, les porteurs de ce mouvement n’en sont pas directement à l’origine. L’histoire raconte que ce sont les prisonniers américains qui portaient les premiers ce type d’habits et qu’ils l’ont popularisé peu à peu à leur retour à la société. S’il est difficile de marquer dans le temps l’arrivée du baggy dans la culture hip-hop, un clip en particulier est un bon révélateur. Sorti en 1992, « Jump » de Kriss Kross voit le duo de gamins d’Atlanta porter ces jeans extra-large (et en plus à l’envers). La chanson devient un tube et participe sans doute à l’avènement du baggy dans le rap US.

1992, c’est aussi l’année de formation du Wu-Tang Clan, ce super-groupe new-yorkais qui connaîtra par la suite un succès phénoménal. La grande majorité de ses membres, de Method Man à Ghostface Killah, toujours au top de la mode streetwear, arborent des tenues amples. Et pour bien porter un jean large, il faut aussi bien choisir sa chaussure. La plupart optaient pour des Nike Air Force 1, souvent blanches, ou des Timberland beiges.

La suite ICI

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils